Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Des moissons décevantes, pour ne pas dire catastrophiques !

Le printemps très humide – voire même noyé – a eu raison des espérances de bonne récolte des céréales en Loir-et-Cher. Alors que les moissons sont à mi-parcours, les rendements atteignent péniblement 30% des moyennes généralement observées.

Si l’année était prometteuse en avril, les excès d’eau et le manque d’ensoleillement en mai et en juin ont anéanti les espoirs de récolte, tant au niveau de la quantité que de la qualité. Les orges et les colzas sont ramassés, et la moisson des blés durs débute. "Pour les blés, nous ne récoltons qu’un tiers de ce que nous devrions  récolter une année moyenne", explique Benoît Lonqueu, agriculteur à Maves et membre du bureau de la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher. Et encore, après les tris qui s’imposent, les rendements ne devraient culminer qu’à 20% !

2016, année noire pour l’agriculture de Loir-et-Cher. Toutes les filières subissent les très mauvaises conditions climatiques de la fin du printemps. "C’est du jamais vu depuis plusieurs générations", soulève Dominique Descoureaux, responsable du pôle grandes cultures de la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher. "Nous avons cumulé successivement tous les phénomènes climatiques, et lorsque le soleil est réapparu, les dés étaient déjà jetés". Une situation qui pourrait encore aggraver la santé financière d’exploitations déjà fortement fragilisées par la crise agricole...

Par Nicolas Terrien | Publié le 21/07/2016

Partager