Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Tété à Blois en toute simplicité

Tété est en concert samedi soir à 20h30 au Chato'Do pour promouvoir son 6ème album, "Les chroniques de Pierrot lunaire". Un retour aux sources pour le chanteur-guitariste, qui prodigue des concerts "à hauteur d'yeux". Rencontre.

"Changer son regard sur les choses à défaut de pouvoir les changer". C’est ainsi que Tété présente la démarche de son nouvel album. Car "Pierrot lunaire" ne comprend plus le monde...  "C’est une manière pour moi d’évoquer notre destinée collective, à l’heure où nous sommes condamnés à nous réinventer en tant que citoyen et que consommateur". Et en tant qu’artiste aussi ? "La question pour moi, c’est toujours celle de la chanson d’après, explique Tété, ou comment se renouveler sans se trahir et en restant dans le plaisir".

Après déjà 15 ans de carrière, Tété avait créé la surprise l’an dernier en entreprenant une tournée "solo sans sono". Seul avec sa voix, ses guitares et son compère bassiste, le voici relancé sur les routes de France. Mais pas de tournée marathon, juste quelques dates bien senties ! Les fans de Tété retrouveront quelques titres anciens, dont "A la faveur de l’automne", les extraits des "Chroniques de Pierrot lunaire", et même quelques inédits écrits depuis et qu’il apprécie de tester en public. "Je demande aux salles dans lesquelles je joue de me trouver un endroit à proximité pour faire des prises acoustiques". A Blois samedi, le point de chute d’avant-concert n’est pas encore connu.

En tournée, Tété voyage plus léger, ce qui lui permet cette souplesse, et cette simplicité qui n’est pas sans rappeler ces bluesmen du début du XXe siècle. Les références sont là, et Tété se revendique de ces héros du blues et du folk, bref de tous ceux qui "envoient du bois" : "Sans électricité, juste avec leur guitare et leur voix, des types faisaient chanter et danser plus de cent personnes !" C’est dans ce transport collectif que Tété nous invite à Blois samedi soir à 20h30 au Chato'Do.

Par Nicolas Terrien | Publié le 21/02/2017

Partager