Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

En 2016, Groupama sera confronté aux aléas climatiques

Le groupe mutualiste Groupama Paris Val de Loire tenait son assemblée générale mercredi 18 mai dans la soirée à l'école des Sapeurs pompiers de Vineuil. Fort de ses 156 agences (dont 21 en Loir-et-Cher) et plus de 296.000 sociétaires, il regroupe 1.565 collaborateurs dont 806 commerciaux.

Le groupe mutualiste réalise 500 M€ de CA pour l’activité Assurance-dommages en 2015, avec pour ambition d’atteindre 600 M€ d’ici à 2020, il évolue dans un secteur hyperconcurrentiel, sur un marché qualifié de mature. Quelles marges de manœuvre peut-il dès lors espérer, dans un contexte de stagflation, avec des taux d’intérêts et une pression très forte sur les prix ? « Nous devons surfer sur nos forces et aussi sur les fragilités de nos concurrents » explique  Eric Gelpe, directeur général. « Notre chiffre d’affaires est en hausse de 0,5 % en 2015, nous connaissons un léger développement sur le marché automobile des particuliers ». L’entrée en vigueur depuis le 1er janvier dernier de la directive « Solvabilité 2 » (réforme réglementaire européenne des assurances, pour mieux adapter les fonds propres exigés par les compagnies aux risques qu’elles encourent dans leurs activités) leur apporte également une contrainte supplémentaire.

2015 aura été une année plutôt calme du côté des aléas climatiques – excepté les très fortes chaleurs estivales – « une année relativement chanceuse » comme l’indique le directeur général Eric Gelpe. En revanche 2016 commence fort avec des épisodes de gel et de grêle pour les viticulteurs, notamment dans l’Yonne et dans les vignobles de Loir-et-Cher. L’AOC cheverny est touchée à 70 voire 100 %. Du côté de Chinon et de Vouvray les vignes ont-elles aussi soufferts du gel. « C’est un peu tôt pour chiffrer », poursuit Eric Gelpe, « nous sommes prudents, il faut voir comment va se comporter la vigne après ces épisodes de gel ». Certains viticulteurs sont encouragés à installer des protections contre le gel, comme des « tours à vent », sorte d’éoliennes qui impulse de l’air chaud, et qui peuvent couvrir deux à trois hectares. « A Noyers-sur-Cher, 25 tours à vent ont été installées, avec des aides du Conseil départemental, et ça fait la différence » assure le président de la fédération Groupama de Loir-et-Cher Jean-Christophe Mandard.

Le groupe mutualiste, leader chez les agriculteurs s’engage aussi à agir pour une société durable et renforce son activité au bénéfice des territoires. Notamment en aidant la formation et la recherche, en signant la charte nationale « entreprises et quartiers », ou en se portant partenaire des PME-PMI aux côtés de la CGPME de Loir-et-Cher. Invité d’honneur de cette assemblée générale, l’économiste Jean-Marc Daniel venu apporter son éclairage sur le thème : « la France est-elle condamnée à la stagnation économique ? »

Par Frédéric Sabourin | Publié le 19/05/2016

Partager