Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Maïsadour navigue enfin à très haut débit !

La station de recherche sur les semences implantée à Rhodon est une entreprise pilote du déploiement du THD en milieu rural. Le Conseil départemental vise un accès à cette technologie pour 100% des loir-et-chériens d'ici 2021.

Ce vaste de chantier de déploiement du très haut débit sur le territoire est une des grandes priorités du plan d’actions "Loir-et-Cher 2021" voté en octobre dernier par l’assemblée départementale. Le bras armé de cette volonté politique est le Syndicat mixte ouvert (SMO) "Loir-et-Cher Numérique" présidé par Bernard Pillefer. "Si nous voulons rendre nos territoires attractifs pour l’implantation d’entreprises, cela passe par ce type d’équipement".

Maïsadour Semences emploie une trentaine de personnes à Rhodon, dont 21 techniciens et ingénieurs dans son pôle R&D qui jusqu’à février dernier étaient confrontés à un problème de taille. "Notre vocation agricole a présidé au choix de nous installer en milieu rural, explique Alain Taillardat, le directeur Recherche Agronomie et Développement, mais nous devons fréquemment être connectés en temps réel avec nos autres centres de recherche, notamment en Roumanie et en Russie".

Une mission impossible sans THD ! Autant dire que Maïsadour a sauté sur l’occasion offerte par les collectivités pour se relier à la fibre optique avec un débit (théoriquement) illimité. Et ça change les conditions de travail dans les locaux du chercheur en semences selon Alain Taillardat. La preuve ? "Plus aucun de mes collaborateurs n’arpente le couloir en s’écriant "j’ai planté", "ça rame" ou "j’ai perdu ma connexion"... C’est donc que tout va bien !"

Par Nicolas Terrien | Publié le 21/11/2016

Partager