Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Deux nouvelles startups agroalimentaires s'installent à Contres

L'incubateur de "Food Val de Loire" héberge deux nouvelles entreprises innovantes, "Gryö" et "NBread Process". Des activités qui complètent l'offre d'hébergement de la CCI, en attendant de nouveaux ateliers pour 2018.

Jeunes, imaginatifs et entreprenants : trois qualités détenues par les dirigeants de "Comme des Papas" et "Terra Cérès", déjà implantés à Contres depuis plus d’un an, et maintenant de "Gryö" et "NBread Process". Ces deux dernières ont séduit les membres du Comité d’agrément de l’incubateur présidé par Alain Courtois. "Nous avons beaucoup de dossiers, mais ce que nous observons, c’est la réorientation des projets industriels entre le projet et l’installation". Car c’est la spécificité de cet incubateur : les startups bénéficient d’un accompagnement stratégique et opérationnel, en plus de l’hébergement.

Julia Berdugo a créé son entreprise "Berd& Go" en 2014. Après un démarrage d’activité à Châtillon-sur-Cher, elle rejoint l’incubateur pour développer son concept peu banal : la production de barres de fruits secs à base de farine d’insectes type grillon (pour le marché anglais), ou de protéines végétales issues du chanvre, "la meilleure protéine, car riche en Oméga 3", explique-t-elle. Ses produits sont intégrés dans des recettes commercialisées sous la marque "Gryö". "J’avais prospecté dans des incubateurs en Grande-Bretagne et en Belgique, mais ici, nous disposons d’ateliers sur mesure au cœur d’un écosystème avec des startups qui évoluent dans le même esprit que nous".

"Gryö" voisine avec "NBread Process", une entreprise créée en 2015 à Blois par Olivier Paurd à l’issue d’une longue phase de recherches. "Notre métier, c’est de réaliser du pain à partir de n’importe quel aliment, explique-t-il, nous sommes un des maillons de l’économie circulaire dans le milieu du snack". En clair, Olivier Paurd a développé un process industriel breveté et récompensé qui lui permet de transformer en produits nouveaux une large gamme d’aliments peu valorisables, ou même destinée à être jetée. "La CCI nous a accompagné dans notre approche du potentiel technologique, et une place était à prendre ici". Ce qu’il fit, et sans regrets !

Par Nicolas Terrien | Publié le 16/05/2017

Partager