Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

François Hollande en visite privée à Blois : président ou candidat ?

A la suite de sa visite à Tours samedi matin, le Président de la République a fait une halte à Blois dans l'après-midi. Une étape "dans un cadre privé" du probable candidat à sa propre succession.

Une visite du Président de la République ou du candidat Hollande ? Le Chef de l’Etat n’aura eu de cesse d’éluder la question. "Le président vient à l’invitation de la mairie de Blois", a-t-il simplement lâché, alors que cette étape blésoise n’était pas inscrite à son agenda, et qu’il ne n’agissait pas d’une visite officielle.

A 12h45, François Hollande pénètre dans une brasserie de la place Ave Maria où l’attendent une soixantaine de personnes invitées par la ville. "C’est une démarche que nous avions imaginé avant de savoir que François Hollande viendrait à Blois, la proposition m’a été faite par son cabinet", explique le maire, Marc Gricourt. Une réunion militante ? De forces vives économiques, associatives ? On ne sait pas trop... "C’était une séquence citoyenne".

La rencontre s’est étalée sur une bonne heure autour de planches de charcuteries. Le Chef de l’Etat est intervenu pour expliquer sa politique... Son bilan ? "On ne sait pas s’il est vraiment candidat", feint d’ignorer un des participants. Dans la séquence des questions/réponses, François Hollande a été interpellé par Benjamin Vételé (conseiller départemental PS et maire-adjoint). "Je l’ai questionné sur la déchéance de nationalité qui est à son passif, et je n’ai pas été convaincu par sa réponse restée très technique. Je lui ai aussi fait part de mes doutes sur sa capacité à rassembler la gauche".

Quelques lignes de fractures à gauche auraient donc été évoquées, mais aussi quelques satisfactions, comme la création des 60 000 postes d’enseignants. "Les échanges ont été francs et directs, et le président m’a confié qu’il a apprécié cet échange", indique le maire de Blois. François Hollande et Marc Gricourt se sont ensuite retrouvé en privé dans le bureau de ce dernier à la mairie. "Chacun sait qui je suis, et le président sait que je suis proche de Benoît Hamon, il n’y a pas d’ambigüité", assure l’édile. "Je soutiendrai de toute façon le candidat qui sortira vainqueur de la primaire".

Par Nicolas Terrien | Publié le 24/09/2016

Partager