Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Renoncement de François Hollande : "Une sage décision" selon Denys Robiliard

Invité sur Plus FM ce vendredi matin, le député PS de la circonscription de Blois a commenté la décision de François Hollande. Le frondeur, soutien de Benoît Hamon à la primaire de gauche, n'a pas manqué de rappeler ses désaccords.

Le président de la République aura pris tout le monde de court ce jeudi soir, et c’est à l’issue d’une intervention sous forme de bilan qu’il a annoncé ne pas solliciter un second mandat. "Cela m’inspire déjà du respect, commente Denys Robiliard, je pense que c’est une sage décision, même si l’homme n’a jamais été en cause". C’est surtout sur les politiques menées depuis 2012 que le député candidat à un nouveau mandat en juin sur Blois s’appuie.

Et encore, pas toutes. Sur l’éducation et la santé, Denys Robiliard reconnaît des avancées notables. En revanche, sur le plan économique, le parlementaire marque de nouveau ses différences d’appréciation, voire ses désaccords majeurs, sur le pacte de responsabilité. "Il sait qu’il n’y a pas d’accord sur la qualité de ce bilan, et que son message ne passe pas". Et Manuel Valls en sera le dépositaire en cas de candidature à la primaire de la gauche, assure-t-il.

Autre réaction, celle de Frédéric Orain, le premier secrétaire fédéral du PS 41 : "Passé le stade de la surprise, il faut reconnaître la dignité du discours du président de la République. Sans nul doute l’histoire rendra son image moins abîmée qu’aujourd’hui dans l’opinion publique. Le bilan de son mandat sera fait et nous aurons alors la lucidité pour voir les avancées de ce quinquennat [...] Il a su reconnaître qu’il n’était pas le mieux placé pour faire gagner ses idéaux. [...] Merci Monsieur le président. Puissions-nous ne pas vous regretter amèrement. A nous de reprendre le flambeau et faire gagner les idées de gauche au mois de mai prochain pour ne pas voir un siècle de progrès social disparaître en fumée".

Par Nicolas Terrien | Publié le 02/12/2016

Partager