Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Quand Chaumont le dit avec des fleurs !

Elections obligent, l'inauguration officielle du 26ème festival des Jardins a été repoussée à ce 12 mai. Les visiteurs peuvent y découvrir 24 interprétations végétales du thème 2017, "le pouvoir des fleurs".

Flâner à la découverte des jardins de Chaumont, c’est un peu marcher dans les pas de Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville, même si les rêveries du promeneur solitaire se révèlent finalement plus promptes à la rencontre. "A Chaumont, nous avons la fierté de recevoir tout type de public", se félicite Chantal Colleu-Dumont, la directrice du Domaine Régional. 400 000 personnes se pressent chaque année à sur cet événement, qu’un journal allemand qualifiait encore récemment de "festival de Cannes du végétal".

Bien qu’allergique à la starisation que pourrait évoquer l’événement sus cité, la cinéaste Colline Serreau a accepté de présider le jury qui a sélectionné les 24 projets présentés. "Nous avons observé des préoccupations écologiques, philosophiques, mais pas seulement. Les décisions étaient collégiales", explique la réalisatrice très sensible aux questions de protection de l’environnement qui parsèment son œuvre. En revanche, le président du Domaine de Chaumont s’y connaît, lui, en événement de prestige. Après avoir dirigé le Festival d’Avignon durant les années 80, Bernard Faivre d’Arcier salue "un festival international qui a un public fidèle".

Cette année, le "Flower Power" se décline en 24 réalisations originales, toujours à la croisée des chemins entre la botanique, l’architecture et les arts plastiques. Leurs concepteurs viennent du monde entier ou... du village d’à côté ! Le "sculpteur la semaine – boulanger le week-end" Richard Stobienia a fait quelques centaines de mètres de son village de Vallières-les-Grandes pour concevoir "Phénix". Avec le paysagiste blésois Nicolas Orgelet et l’architecte Pierre Boissenin, "nous avons souhaité montrer comment la nature reprend ses droits après une catastrophe". Une touche d’optimisme qui nous prouve que les fleurs ont aussi le pouvoir de redonner vie à un paysage maltraité par les éléments ou par la folie des hommes...

Par Nicolas Terrien | Publié le 12/05/2017

Partager