Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Un 1er mai sous le signe de la division syndicale

Pas moins de trois rassemblements distincts ont animé la matinée à Blois ce lundi, avec des mots d'ordre tout aussi différents. Le contexte d'entre deux tours est loin de fédérer les idéaux syndicaux.

La CGT et la FSU sur la place de la Résistance, la CFDT sur l’avenue de l’Europe et FO sur la place de République : c’est en ordre dispersé que le front syndical loir-et-chérien se mobilise en ce jour de fête du Travail. Les luttes du printemps 2016 pour le retrait de la loi Travail aura laissé des traces encore fortement présentes dans les rangs des syndicats.

250 à 300 personnes se sont retrouvées sur la place de la Résistance à l’appel de la CGT et la FSU (interviews ci-dessous), avec également la présence de candidats de gauche aux législatives, de partis politiques (PCF, LO, NPA) et de la Confédération Paysanne. La CGT renvoie dos à dos "un candidat ultra-libéral et une candidate d’extrême droite", sans pour autant se prononcer et appeler à faire barrage à l’un ou à l’autre, comme cela avait été le cas en 2012...

La FSU (le principal syndicat enseignant) est plus claire : "dimanche 7 mai, pas un vote, pas une voix ne doit s’exprimer pour le Front National". Sur la place de République, une vingtaine de militants de FO préfère se concentrer sur les revendications des salariés en indiquant que "FO garde et gardera toujours son indépendance politique et sa liberté d’action".

Par Nicolas Terrien | Publié le 01/05/2017

Partager