Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

La France en deuil au lendemain de sa Fête Nationale

Alors que le préfet de Loir-et-Cher réunissait vendredi après-midi son état-major restreint suite à l'attentat de Nice, des rassemblements spontanés se sont déroulés en début de soirée à Blois.

L’attentat de jeudi soir sur la Promenade des Anglais a fait 84 morts et 18 blessés en "urgence absolue" selon un dernier bilan. Un deuil national de trois jours est décrété à partir de demain samedi, avec les drapeaux mis en berne sur les édifices publics. Dans l’après-midi, le préfet de Loir-et-Cher (interview ci-dessous) a réuni l’état-major restreint composé du directeur de la sécurité publique, du commandant de gendarmerie et du procureur de la République. Objectif : rappeler les règles de sécurité à respecter dans le cadre de l’état d’urgence qui devrait être prolongé de trois mois en début de semaine prochaine.

A 17h30, c’est près d’une centaine d’élus qui se sont rassemblés dans la cour d’honneur de la préfecture. Une initiative de l’Association des Maires de France pour rendre hommage aux victimes de ce terrible attentat. Sauf que le préfet déconseille fortement les rassemblements spontanés. Les maires et adjoints ont donc été rapatriés dans la cour d’honneur pour une minute de silence et une Marseillaise. Une démarche expliquée par Jean-Marie Janssens, le président de l’AMF 41. (Interview ci-dessous).

La Ville de Blois a également souhaité rendre hommage aux victimes de l’attentat de Nice. L’ensemble des blésois étaient invités à un rassemblement silencieux dans la cour de la mairie. Plus de 150 personnes ont respecté un temps de silence, alors que retentissaient les sirènes de la ville à 18h30.

Par Nicolas Terrien | Publié le 15/07/2016

Partager