Radio Plus FM

La radio du Loir-et-Cher

écoutez le direct

Résultats satisfaisants pour la centrale de Saint-Laurent en 2016

Malgré une légère baisse de la production, la centrale affiche de bons indicateurs dans son activité industrielle. Elle présente aussi ses événements 2017, dont l'élaboration de son projet de site à l'horizon 2020.

"Le bilan est satisfaisant, car nous avons noté des progrès dans le domaine de la prévention du risque Arrêt Automatique Réacteur", indique Jean-Claude Cervantes, le directeur de la Centrale Nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. Un seul arrêt d’origine technique est relevé l’an dernier. "C’est le résultat des exercices, des entrainements et des formations que nous menons". Le CNPE s’enorgueillit même de la meilleure performance du parc nucléaire français depuis deux ans en matière de sécurité de ses agents et prestataires.

2016 n’aura pas été une année de production record avec une production de 12,2 TWh (tera-watts/heure) sur les 13 prévus. Une production électrique qui couvre 3% des besoins du pays, soit l’équivalent des ¾ de la région Centre Val de Loire. "Nous maîtrisons davantage nos arrêts de tranche avec des recours aux prolongations d’arrêts moins longs", poursuit Jean-Claude Cervantes. Cette année, deux arrêts sont déjà programmés avec une visite partielle de l’unité de production n°1 en mai (60 jours) et un arrêt pour rechargement de combustible sur la n°2 en septembre (30 jours).

C’est aussi en mai 2017 que le CNPE raccordera son « Diesel Ultime Secours » à l’unité n°1. "Il s’agit d’un groupe électrogène de 900 MW qui doit garantir la production d’électricité dans des situations très tendues". C’est une des dispositions imaginées après la catastrophe de Fukushima. La Centrale travaille aussi sur son projet de site 2016-2020 qui l’engage à maintenir ses bons résultats en termes de sûreté, de sécurité et de radioprotection. Une manière aussi de préparer la visite décennale 2022-2025, puisque c’est à l’issue de cette étape que la Centrale Nucléaire de Saint-Laurent saura si elle peut fonctionner pour dix ans de plus.

Par Nicolas Terrien | Publié le 31/01/2017

Partager